Posts Tagged ‘régine pernoud’

Orléans – Jeanne d’arc, une histoire d’amour…

juin 30, 2010

Située dans le Loiret dont elle est la Préfecture et capitale de la région Centre, Orléans est appelée la Cité Johannique. Pourquoi une telle périphrase pour désigner une ville ligérienne ? Gilles LUNEAU, journaliste pour GEO dit en février 2010 dans une interview sur FranceInfo : « En trente ans, Orléans a gagné sept mille habitants et la ville en compte aujourd’hui cent treize mille ; mais elle s’est transformée tout en préservant son côté provincial. Forcément en trente ans, on change… la capitale de la région Centre ne fait pas exception à la règle ! Comme beaucoup d’autres villes, le centre historique a été rénové, le tramway, inauguré en 2000, sert de trait d’union, traversant les quartiers, du nord au sud. Les bords de Loire ont été rendus aux piétons, des bâtiments modernes ont surgi- comme la médiathèque- et dès les années soixante, une cité style campus universitaire, a poussé à douze kilomètres de là, dans le but d’attirer les jeunes et ensuite les scientifiques et laboratoires de recherche. Et s’il est une tradition indéboulonnable à Orléans, c’est la célébration des Fêtes de Jeanne d’Arc, ces fêtes dites johanniques qui ont lieu chaque année, depuis 1429, date de la libération d’Orléans par Jeanne d’Arc. » Orléans possède une Histoire riche, le fait le plus marquant étant la libération de sa cité le 8 mai 1429 par Jeanne d’Arc. Pour rappel, voici quelques lignes sur les neuf jours que Jeanne d’Arc passa à Orléans, son contexte d’arrivée et ses raisons de départ dont les citations sont issues « J’ai nom Jeanne la Pucelle » aux éditions Gallimard et écrit par feu la Directrice du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans Régine PERNOUD. Orléans dès 1428, en pleine guerre de cent ans, est bloquée par les anglais, d’abord sur sa rive gauche – Orléans bordant la Loire –  puis au Nord et à l’Ouest : « Seule demeurait libre, à l’Est-ce que l’on nomme la Porte Bourgogne ». Ce siège anglais tiens la ville royale d’Orléans. C’est donc plus que de simples citoyens qui ont été ici libéré, c’est un symbole du retour du Roy de France en puissance dans son royaume. Elle entre alors par la Porte Bourgogne dans la nuit du 29 avril 1429 acclamée par une foule en liesse et dort à l’Hôtel de Jacques BOUCHER. Cet hôtel est aujourd’hui le Musée Jeanne d’Arc. Nous sommes un vendredi. Cette entrée est toujours commémorée durant les Fêtes de Jeanne d’Arc et en est même le symbole du lancement des festivités. Le dimanche, le Bâtard d’Orléans – futur Comte de Dunois – va chercher à Blois des renforts puisque Jeanne est impatiente de lever le siège de la cité. Le mercredi 4 mai, c’est la bataille au Port de Saint-Loup. Jeanne découvre alors dit-on l’horreur de la guerre. Le 6 mai, c’est la bataille du Fort des Augustins. Bataille également gagnée, mais Orléans n’est toujours pas délivrée. Le 7 mai, après plusieurs assauts, le Fort des Tourelles revient enfin aux mains des français. C’est l’entrée normale et stratégique d’Orléans. Le 8 mai au matin, les dernières forces regroupées dans les bastides anglaises se mettent en ordre de batailles face aux troupes françaises. Jeanne refuse en l’honneur du Saint-Dimanche de lancer l’attaque. « Une heure suspens, après quoi un ordre circule dans les rangs anglais qui se mirent en chemin et s’en allèrent bien rangés et ordonnés vers Meung-sur-Loire, et levèrent totalement le siège qu’ils avaient tenu devant Orléans depuis le douzième jour d’Octobre 1428 jusqu’à ce jour. » Jeanne s’en vint après quelques jours de repos et soins pour une blessure par flèche. On connaît la suite : sacre du roi Charles VII à Reims, extension du domaine royal, procès et exécution à Rouen, béatification et canonisation. La cité, appelée donc depuis « johannique », commémore fidèlement chaque année sa libération et ce sans presque aucune interruption (Révolution Française et les guerres) !!! Elle a en 2009 fêté également « une double date » puisqu’est fêté également le centenaire de la béatification de Jeanne d’Arc (par le Pape Pie X le 30 mai 1909) et attend 2012 avec impatience pour fêter le 600ème anniversaire de sa naissance le jour de l’épiphanie (6 janvier) 1412. Les Fêtes de Jeanne d’Arc organisées dans ce cadre s’articulent autour de plusieurs manifestations traditionnelles :
•    la Remise de l’Epée entre les deux filles figurant annuellement l’héroïne, et la Commémoration de l’Entrée de Jeanne d’Arc par la Porte Bourgogne, le 29 avril
•    la Chevauchée de Jeanne d’Arc, le 1er mai,
•    le Recueillement en l’église ND des Miracles, le 2 mai,
•    la Remise de l’Etendard, le 7 mai au soir,
•    l’Office Religieux Solennel en la Cathédrale, le 8 mai,
•    le Cortège des Provinces Françaises le 8 mai matin,
•    le Défilé Militaire le 8 mai après-midi (2ème de France),
•    le Cortège Commémoratif du 8 mai après-midi,
•    la Restitution de l’Étendard de Jeanne d’Arc le 8 mai en fin d’après-midi.
Pour répondre aux objectifs de M. le Maire, ces cérémonies traditionnelles ont été enrichies au fil du temps par de nouveaux événements festifs comme :
•    la Fête Médiévale sur l’Ile Charlemagne, le 1er mai,
•    le Marché Médiéval, au Campo Santo, durant 2 à 4 jours,
•    les Ripailles Médiévales,
•    une Soirée Electro de grande envergure à destination des jeunes.
S’ajoutent à cela, des conférences, des expositions thématiques, des visites, des concerts et toutes sortes d’animations qui donnent à la ville une petite idée de la liesse que Jeanne d’Arc engendra lors de sa présence dans la cité. Il vous suffirait d’écouter la « cantate à l’étendard », hymne orléanais, pour comprendre …

Benjamin GUYOT